Accueil Pêche Revue Sectorielle- Pêche: Une concrétisation d’un aspect du PSE

Revue Sectorielle- Pêche: Une concrétisation d’un aspect du PSE

PARTAGER

Par son caractère participatif par nature, la Revue Sectorielle constitue un moment de partage entre l’administration, les professionnels et les partenaires techniques et financiers sur la situation et les perspectives de développement du secteur. Son objectif est de faire le point sur les principales réalisations du Secteur de la Pêche. Les participants ont tiré les conclusions et les actions correctives nécessaires pour améliorer l’efficacité dans la mise en œuvre de la politique sectorielle.

Présidant cette rencontre annuelle, le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime a saisi cette occasion pour remercier tous ceux qui, à coté de ses différents services, ont activement participé à la réalisation de la présente revue sectorielle. Oumar Guèye nommé le réseau national des CLPA, les femmes transformatrices, le GAIPES, l’UPAMES, la COSECPRO, le Groupe Thématique Pêche des PTF, le Projet USAID ComFish Plus, le BOS/PSE, l’Unité de Suivi et de Coordination de la Politique Économique (UCSPE/MEFP) et l’Unité de Suivi Évaluation des Résultats prioritaires du BOM.

Le ministre a salué la claire vision et la pertinence du choix du Président de la République, Macky SALL, de positionner le secteur maritime  au cœur de sa politique de développement de développement économique et social de la Nation, déclinée par le Plan Sénégal Émergent (PSE). Le secteur de la pêche et l’aquaculture, relève le ministre, est identifié comme un des moteurs de croissance dans l’Axe I du PSE et doit  jouer un rôle central dans la contribution à la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi qu’à la création de richesses et d’emplois.

Quant au sous-secteur du transport maritime, retenu parmi les Fondements de l’Émergence, le ministre a indiqué qu’il doit contribuer au «Renforcement de la base logistique et des infrastructures», par le renouvellement, le renforcement et la sécurisation des voies de navigation afin de favoriser le développement et la modernisation des services de transport.

Au titre de l’année 2017, il a rappelé brièvement les importantes réalisations enregistrées par la mise en œuvre des projets et programmes, avec le concours de Moubarack Lo président du comité préparatoire de la Revue, de Mayacine Camara coordinateur Dgpme du ministère de l’Economie des Finances et du Plan, entre autres.

Sans être exhaustif, M.  Camara a fait une présentation portant sur quelques aspects.

En matière de de suivi, de contrôle et de surveillance des pêches, dans le cadre de la lutte contre la Pêche INN, 6 096 inspections et contrôles ont été menés à quai, dans les usines, en mer et par air.

Ces opérations ont permis d’arraisonner 20 navires, pour des sanctions évaluées à 4,116 milliards de francs CFA. Egalement, en terme de surveillance participative, des efforts considérables ont été notés en 2017  304 sorties réalisées en collaboration avec Conseils Locaux de Pêche Artisanale (CLPA).

En matière d’aménagement des pêcheries, l’année 2017 est marquée par l’adoption des Plans d’aménagement des pêcheries crevettes côtières et de Cymbium grâce à l’appui de la Banque mondiale dans le cadre du projet PRAO.

L’année 2017 est aussi marquée par le démarrage de la mise en œuvre des plans locaux de gestion participatifs des sardinelles au niveau de la Grande Côte Sud, de la région de Dakar et de la Petite Côte, avec l’appui de l’USAID à travers le projet ComFish Plus.

Dans le cadre de la modernisation et de la mise aux normes des infrastructures le quai de Potou a été finalisé et inauguré par son excellence Monsieur le Président de la République en avril 2017, de même, le quai de pêche de Hann a été réhabilité. Pour les quais de pêche de Goudomp,de Bargny et de Soumbédioune et les aires de transformation de Ndéppé à Rufisque, de Penccum Sénégal à Thiaroye, de Mbao et de Kafountine, les travaux se sont poursuivis en 2017 et toutes ces infrastructure seront livrés en 2018.

La subvention des moteurs s’est poursuivie avec un montant de 2,308 milliards de francs CFA octroyé aux pêcheurs artisans pour l’acquisition de 2 079 moteurs. Ces chiffres portent le cumul à 3,986 milliards de francs CFA et 3 749 moteurs livrés au 31 décembre 2017.

S’agissant de la modernisation de la Marine Marchande, des résultats ont été enregistrés à travers :

L’amélioration de l’offre des services de transports maritimes avec la création d’infrastructures portuaires avec des profondeurs attractives pour les navires de dernière génération, par le démarrage de la construction du port minéralier et vraquier de Bargny- Sendou;

L’acquisition d’un cargo, d’une capacité de 5000 tonnes, pour renforcer la capacité d’offre de transport maritime domestique et sous régionale ;

L’acquisition d’une drague et des équipements pour l’entretien des voies navigables, notamment celles du fleuve Casamance et du bras de mer du Saloum.

La réhabilitation et la mise à niveau des infrastructures portuaires (Wharf pétrolier – Terminal roulier – Terminal vraquier).

Le ministre a remercié l’ensemble des acteurs de la Pêche et de l’aquaculture pour leur implication effective dans la mise en œuvre de la Politique du Département. Il a aussi adressé ces remerciements à tous les partenaires techniques et financiers notamment les membres du Groupe Thématique Pêche dont l’USAID est chef de fil.

Le secteur de la pêche contribue à près de 3,2% du PIB. Il constitue actuellement le premier poste des recettes d’exportation avec 244,16 milliards, soit 18,55%. Il contribue également à la sécurité alimentaire et nutritionnelle avec une consommation per capita de 29,9 kg/an et près de 70 % de couverture des besoins en protéines d’origine animale.

La pêche continentale et l’aquaculture constituent aussi des leviers importants dans la satisfaction de la demande en produits halieutiques et la création de revenues et d’emplois surtout en milieu rural.

Quant au sous-secteur des transports maritimes, son importance économique est attestée par le fait que 95% des échanges extérieurs du Sénégal s’effectuent par voie maritime.

Guèye a fait comprendre que le Gouvernement du Sénégal mesure à sa juste valeur l’appui consistant et constant des partenaires dans la concrétisation de la vision du Chef de l’Etat, Macky SALL, celle d’«Un Sénégal émergent en 2035 avec une société solidaire dans un État de droit». Il les invite tous à ne ménager aucun effort pour continuer à accompagner le ministère de la Pêche et de l’Economie maritime dans la mise en œuvre de la Politique Sectorielle.

Ainsi, il engage tous les services de son Département à redoubler d’efforts afin d’accélérer l’achèvement complet des projets sur le terrain et mettre en œuvre de manière diligente les recommandations issues de la présente Revue Sectorielle.