Accueil Agriculture Paradoxe sur l’onion : Pourquoi le Sénégal produit 367 000 tonnes et...

Paradoxe sur l’onion : Pourquoi le Sénégal produit 367 000 tonnes et importe plus de 125 000 tonnes ?

PARTAGER

Cette question est tellement importante que les partenaires techniques qui accompagnent le Sénégal se sont  interrogés. Avec une production de 367 000 tonnes,  (ANSD 2015) les besoins du marché national sont largement couverts, alors pourquoi le Sénégal continue d’importer de l’onion ?

Les pertes post récoltes sont indexées

Le rapport que nous avons consulté indiquent que les pertes  varient en fonction des zones et peuvent atteindre 30% de la production dans la vallée du fleuve qui subit plus de pertes post-récolte comparée à la zone des Niayes. Ces pertes post récoltes sont dues essentiellement  au manque d’infrastructures de stockage et  au non-respect des itinéraires techniques et aussi  aux préférences des consommateurs.

En fait, le manque d’infrastructures de stockage réduit le délai de conservation  et par conséquent la durée de présence sur le marché sénégalais.

Certains producteurs utilisent un excès d’engrais

Dans la vallée, certains producteurs, pour améliorer la bulbaison utilisent beaucoup d’urée. Ce qui fait l’onion du Sénégal a une grande teneur en eau, ce qui entraine la pourriture.

Par ailleurs, pour être aussi les premiers sur le marché afin de  bénéficier des prix élevés, certains producteurs ne prennent pas le temps de sécher suffisamment l’onion, cette pratique limite aussi la durée de conservation de l’onion.

Les femmes sénégalaises préfèrent l’onion importé

Selon plusieurs femmes interrogées, la teneur importante en eau de l’onion local fait qu’il n’en reste pas grand-chose après la préparation.

La situation interpelle tous les acteurs. L’introduction de nouvelles variétés plus adaptées et la sensibilisation des producteurs sur les pertes post récoltes et les bonnes pratiques permettront  au Sénégal de régler définitivement ce problème.