Accueil Agro-alimentaire Fiara 2018: Une exposante déplore le coût élevé des stands

Fiara 2018: Une exposante déplore le coût élevé des stands

PARTAGER

La présidente de la Coopérative Rafeet a indiqué que la Foire internationale de l’agriculture et des ressources animales est la première qui s’est vraiment imposée dans la sous-région.

 

Ce serait dommage, à son avis, que le Sénégal perde ces acquis après 19 ans d’éditions car, relève-t-elle, le fait que le public vienne ne doit pas être un prétexte pour augmenter les prix à l’entrée à la Fiara. Après avoir remercié Cheikh Amar, Boubacar Cissé et Abdou Fall, la sénégalo-malienne propose une réduction du coût des stands surtout pour les étrangers.      

 

La 19ème édition de la Foire internationale de l’agriculture et des ressources animales (Fiara) n’a pas donné sincèrement. C’est du moins, l’avis de Mme Diallo Fatou Cissé exposante venue du Mali mais d’origine sénégalaise. Depuis la première édition qui s’est tenue à la place de l’obélisque, la Coopérative Rafeet participe à la Fiara. Cette année, a-t-elle révélé, leur vente par jour est largement inférieure à ce qu’elle vendait auparavant.

A son avis, l’année dernière était plus intéressante que cette année 2019. Elle a l’impression qu’il n’y avait pas assez de publicité à travers les supports médiatiques pour annoncer cet évènement  parce qu’il y a beaucoup de clients qui disent qu’elles ne savaient pas que la FIARA a démarré. Logée dans le stand d’Afrique Verte- Mali, Mme Diallo a déclaré que la Fiara est une bonne vitrine pour la sous-région parce qu’elle est arrivée à s’implanter. Elle  pense que si ladite foire est faite pour le monde agricole dans l’espace CEDEAO et UEMOA, il faut vraiment réduire certains coûts.

Cette année, Afrique Verte (AV) a payé quatre stands pour une valeur de 2 millions de francs Cfa. En tant que Ong de développement, elle a pris toutes ces femmes pour leurs intérêts économiques. Selon Mme Diallo, on peut trouver en ville les mêmes produits qu’elles exposent à la Fiara. Elle suggère aux responsables de la Fiara doivent diminuer le prix des stands afin qu’elle soit un évènement populaire pour le monde agricole, pas sénégalais seulement mais de la sous-région. «Je sais qu’il y a des faveurs pour les exposants sénégalais dont les coûts des stands sont largement diminués à 100 000 F Cfa.

Pour les étrangers, c’est trop cher pour le Mali par exemple, un pays voisin dans l’espace UEMOA-CEDEAO», a-t-elle souligné. C’est aussi important pour Mme Diallo de bien choisir les dates car ici on est toujours en évitant la proximité avec Magal, Gamou ou Pâques. Pour les foires à venir, elle conseille aux organisateurs d’étudier la période, les fréquentations en évoquant le cas du public qui vient pour acheter et non pour regarder et qu’on lui demande payer cher avant d’accéder à la Fiara. «Imaginez, quelqu’un qui vient d’un quartier de Dakar, qui doit prendre un taxi pour ensuite payer 500 F Cfa à l’entrée», invite-t-elle à réfléchir.

SECK NDONG